LE CLUB RFI BUJUMBURA

03 novembre 2018

UN EVENEMENT MARQUANT GREAT LAKES ENTREPRENEURSHIP ACADEMY 2018

 

CDE Great Lakes

 

Pouvoir du marché, rôle de l’entrepreneur et du gouvernement pour la création de l’entreprise entre autres points essentiels développés par le Centre for development and entreprises Greatlakes (CDE). C’était ce jeudi dans la formation qui a réuni 39 entrepreneurs qui va durer 12 mois.

Centre For Development and Entreprises Great Lakes dans son programme  Great Lakes Entrepreneurship Academy a lancé jeudi 1er Novembre officiellement une formation sur l’entrepreneuriat avec le thème :   «the power of the market  and how it works» au centre Ceprodilic.  

«Le but principal de cette formation, c’est d’éduquer la prochaine génération des entrepreneurs libertériens burundais, rwandais et congolais afin qu’ils deviennent des agents de changement social dans leurs communautés locales. Le programme du CDE Great Lakes durant cette formation portera sur 9 modules qui seront dispensés périodiquement pendant  12 mois», ce qu’a précisé Monia WAKANA chargé de la communication et de marketing  au CDE Great Lakes.

Anicet NIZIGIYIMANA, facilitateur de cette formation, a expliqué aux participants les concepts : «entrepreneurs, gouvernement et entrepreneuriat» et la manière dont fonctionne. A cette fin, il démontra le rôle de l’entrepreneur « un entrepreneur identifie les problèmes et apporte une solution » et continuant a démontré que le gouvernement n’a qu’un rôle de protéger la propriété privée. Avant les travaux en groupe, le facilitateur a invité tout un chacun de s’investir dans le processus de création des richesses dans leurs communauté pour réduire la pauvreté en soutenant la liberté. 

 

Aimable MANIRAKIZA, Directeur du CDE Great Lakes a éduqué les participants sur la manière de définir une mission et une vision de leur entreprise « On observe des entreprises qui s’effondrent chaque jour  car leur leader n’ont pas fait une étude de cas d’une part et n’ont pas mieux défini la mission et la vision de leur entreprise avant de se lancer dans leur business».  La deuxième partie avec le facilitateur a continué avec les techniques de définition d’une audience, les produits et les valeurs d’une entreprise libérale. « Un client a plusieurs choix et vous devez étudier votre audience pour attirer son attention à vos produits grâce aux valeurs de votre entreprise »souligne Aimable avant de lancer les travaux en groupe sur les différentes étapes de la création d’une entreprise.

Apres les exposés des travaux en groupe, Aimable MANIRAKIZA a remercié les participants à cette formation et leur a invité à soumettre leur réponses des fiches d’évaluation qu’ils recevront par e-mail afin de permettre d’améliorer la prochaine session. Les participants ont été aussi demandés par Paulin Bulakali du CDE IT de s’informer auprès des pages twitter, facebook, instagram et le site internet du CDE pour connaitre différente opportunité du CDE. Cette formation a été clôturée par une remise des certificats de mérite et le réseautage accompagné par un cocktail entre les participants sans oublier une photo de familles.

                                                                                                                            Par MBONIHANKUYE Ferdinand

Posté par leclubrfibuja à 20:25 - Commentaires [1] - Permalien [#]


02 novembre 2018

IMG_1394

Posté par leclubrfibuja à 13:39 - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 février 2018

LES MEMBRES DU CLUB RFI POUR LA PROMOTION DES IDEES CLASSIQUES LIBERALES

IMG-20180220-WA0001

 

Vendredi 16 février. Le Think-tank Centre for development and entreprises great lakes en partenariat avec le Club RFI de Bujumbura a organisé une séance d’échange à l’intention des membres de ce club. Cette activité qui a eu lieu au Centre d’enseignement des langues (CELAB) de l’université du Burundi a été succès pour les passionnés des idées libérales.

Une trentaine d’étudiants ont pris part à cette activité. Ils ont accepté de lutter contre les barrières de la prospérité au Burundi en particulier et dans la région des Grands-Lacs en général. Cela par le biais des billets qui seront publiés sur le site de l’organisation.

Après l’accueil à l’endroit du staff de l’organisation visiteuse par Ferdinand MBONIHANKUYE, chargé de la communication au sein du Club RFI, Aimable MANIRAKIZA, directeur exécutif, a pris la parole en premier lieu. Il a expliqué ce qu’est le Centre for development and entreprises great lakes. Il a insisté sur les idées fondatrices de l’organisation.

Ces dernières sont les idées classiques libérales : « Le marché libre, le libre-échange, la liberté individuelle, la propriété privée,  l’Etat de droit, etc ».Il a fait savoir que les textes publiés par ce groupe de réflexion doivent s’inspirer de ces idées.  «Nous voulons éradiquer les barrières de la prospérité et d’opportunités au Burundi et dans la région des  Grands-Lacs ».

En outre, il les a encouragés d’être des contributeurs du Think-tank. «C’est le premier groupe de réflexion des jeunes dans la région des Grands-Lacs. Que vous ne soyez pas en reste».

«Il faut la liberté pour la lutte contre la pauvreté»

 

IMG-20180220-WA0000

 

Ensuite, Egide Nikiza, éditeur du Think tank, a expliqué aux membres du club RFI comment s’écrit un billet de blog.  «Ecrire un article demande du temps et beaucoup d’énergies», a-t-il insisté. Il les a conseillé de lire beaucoup. «Il est impossible d’écrire lorsque l’on ne lit pas. L’écriture est la conséquence de la lecture».

Et un texte digne d’être lu, a-t-il indiqué, doit être enrichi par des chiffres, des témoignages, etc., bref, des arguments convaincants. Il faut creuser pour parvenir à produire un bon texte. «Lisez les études des organisations internationales, continentales, régionales et nationales. Ce sont celles-là qui vous serviront dans la rédaction des textes convaincants ».

Et puis, Jean Paul Kagoye, directeur des programmes, a dirigé les travaux en groupe. Ils consistaient à amener les participants à cet échange à argumenter sur base des idées libérales. «Qu’est-ce qu’il faut pour lutter contre la pauvreté ?».Pour certains groupes, il faut promouvoir une éducation.

Pour d’autres, il faut encourager le regroupement dans des associations, la mise en place d’un plan de financement des projets. Sur ce point, ils ont recommandé l’aboutissement du projet du gouvernement de la création d’une banque pour jeunes. «Celle-ci aidera dans la lutte contre le chômage. Le gouvernement ne peut pas donner du travail à tout le monde ».

C’est la proposition du groupe de Gilbert, président du Club hôte, qui a été la plus convaincant. Il a démontré l’exigence de la liberté pour mettre fin à la pauvreté. «Pour bien entreprendre, il faut la liberté. Pour bien étudier, il faut la liberté. Pour s’épanouir, il faut la liberté, etc. »Selon lui, la liberté est une pierre angulaire sur laquelle toute action contre la pauvreté doit être bâtie.  Sinon, toutes les initiatives deviennent contreproductives. 

Enfin, les membres du Club RFI de Bujumbura se sont engagés à contribuer des textes pour le Centre for development and entreprises great lakes. Leurs productions tiendront compte des idées classiques libérales ci-haut mentionnées. Elles constituent la ligne éditoriale de ce groupe de réflexion. 

                                                      PAR MBONIHAKUYE Ferdinand 

Posté par leclubrfibuja à 10:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 février 2018

LE TALISMAN BRISE:UN FEUILLETON RADIO POUR S'INITIER AU FRANÇAIS

Dans le centre d’enseignement des langues au Burundi CELAB en sigle, s’est tenue depuis ce mardi le 26 décembre 2017, une formation sur le talisman brisé, cette formation avait comme objectif « Un feuilleton radio pour s’initier au français » et avait regroupée plus de cent enseignants des écoles fondamentales ciblés dans quatre régions qui regroupent  provinces du pays à savoir : Bujumbura, Bururi, Gitega et Ngozi.

118616808_o

 

 

Il est proposé aux débutants, jeunes et adultes, de découvrir le fonctionnement du français à partir de la communication parlée : dans la peau de Kwamé le jardinier, l’apprenant suit une enquête à rebondissements et apprend à communiquer en français. Dans ce programme de formation qui a été donné aux enseignants d’environnants de 100 établissements des écoles fondamentales au Burundi va aider dans l’apprentissage de la langue française dans les écoles fondamentales. Ce CD-Livret offre aux apprenants et enseignants un complément innovant à l’apprentissage du français qui se fonde sur des situations de communication réelles intégrées dans une aventure à rebondissements. Le feuilleton radiophonique le talisman brisé est un outil de motivation pour l’apprentissage du français. Grâce au concept bilingue, le plaisir d’écouter le feuilleton devra conduire automatiquement l’auditeur à se familiariser avec les rudiments du français parlé ; rebondissements pour se familiariser avec le français sans avoir l’impression d’apprendre.

Une structure pour comprendre

Le talisman brisé qui est une histoire qui offre aux auditeurs et aux apprenants un jeu de piste, une mission à accomplir, dans laquelle l’apprentissage de la langue est la condition de réussite de l’enquête  de Kwamé. Il est aussi fondé sur la réception, la radiophonique caractérisée par des oreilles distraites, qui ne retiennent et ne comprennent pas tout mais seulement les sons et les mots mis en avants. Tous les épisodes durent chacun 6 minutes 45 seconde et sont réalisés selon une même  structure dans chaque épisode il ya des moments d’action et des moments de réflexion repart en 6 temps d’une minute chacun.

 

Posté par leclubrfibuja à 09:56 - Commentaires [4] - Permalien [#]